Arrivée à Tokyo

Publié le par Tenju

Quand je suis arrivée à Tokyo, là-bas c'était le matin, et ça faisait près de 24 heures que j'avais pas dormi. J'étais un peu crevée. Du coup en sortant de l'avion c'était pas "Je suis au Japon, trop cool !" mais plutôt "Bon, faut aller où ?"

Heureusement, tout est bien indiqué, comme d'hab. On suit quelques couloirs, et on arrive à la douane, avec un endroit pour les Japonais et un pour les Gaijin, où on vous prend en photo (heureusement on voit pas le résultat, parce qu'après 18h de voyage...) et vous devez poser les doigts sur un truc qui prend les empreintes. C'est un truc qu'on clique comme une souris. J'avais pas capté ça, moi, je laissais juste les doigts posés dessus.

Ca va assez vite. Y a plein d'employés pour vous dire où faut aller. Ensuite on va récupérer sa valise, là encore on vous dit à quel truc tournant aller en fonction du vol. A Genève, j'ai dû faire tous les trucs tournants, au retour. Ensuite, avec sa valise, on passe de nouveau à une sorte de douane, où ils vérifient que vous ramenez rien d'interdit.

Au fait, vous avez pas le droit d'avoir sur vous des flacons de plus de 1ml. Mais ils donnent des bouteilles d'eau à l'entrée de l'avion.

Ensuite après la deuxième douane, on se retrouve dans un grand hall, avec les bus en face. Y a un bureau d'information pour les touristes perdus. A gauche, y a des escalators qui emmènent aux trains. J'ai pris la Keisei Line, qui met environ 1h15 pour arriver à Nippori (une station de la Yamanote Line, qui permet donc d'aller partout dans Tokyo), et ça ne coûte que 1000¥. Avant d'arriver là-bas j'avais peur de pas comprendre, quand on me disait combien je devais payer. Mais en fait ils vous vous montrer le montant affiché sur la caisse (gare, kombini), ou sur une calculatrice. Ou si c'est à un stand, le prix est affiché sur une pancarte. Donc pas de problème de ce côté-là.



Tout est indiqué en anglais, ensuite. De quel train il s'agit, où il va. Dans le train (et le métro), les arrêts sont également indiqué, ainsi que l'arrêt suivant et les correspondances.


Commenter cet article