Mangas et dramas, les produits qui ont dérivé jusqu'en Occident

Publié le par Tenju



Les mangas... C'est comme ça que j'ai abordé le Japon. Pendant quelques années, j'en lisais beaucoup, je faisais mes réserves chaque fois que j'allais chez mes grands-parents. Parce que dans le pays où j'habitais avant de commencer la fac, ils étaient beaucoup plus chers. Maintenant, je n'achète plus que les quelques séries que je préfère, pour les terminer, et ça fait longtemps que j'en ai pas commencé de nouvelles. J'ai commencé à faire une sélection en novembre l'année dernière, en 2007, quand j'ai décidé d'aller au Japon. En fait j'avais l'intention d'y passer une année, après ma licence, mais pour rester un an dans un pays inconnu, il vaut mieux le connaître un peu. Calcul vite fait, même pour une littéraire (pas une vraie, hein, par simple opposition à scientifique), pour partir en septembre 2009, il fallait que j'y aille pendant l'été 2008.

Quand on lit des mangas, on remarque plein de détails qui font tilt. "Ah c'est comme ça, là-bas ?!?"
Par exemple, les uniformes, jusqu'au lycée. Ou encore tous les clubs d'activités, même pendant les vacances. Les petits écoliers qui restent après les cours et qui font eux-mêmes le ménage. La préparation de fêtes à l'école, avec un stand par classe. Les cours du soir. L'école le samedi. Mais j'crois qu'ils finissent plus tôt que nous, quand même. La rentrée en avril. Les quelques rares semaines de vacances par an. Un mois en été, une semaine entre mars et avril, je crois. Bref, on finit par s'y intéresser, on a envie d'en savoir plus.

Il y a un peu plus d'un an, j'ai (re)découvert les anime (ou animés, comme on veut...), puis les dramas. Les dramas, je crois que je les ai découverts par hasard, sur un site d'anime. Mais j'ai tout de suite accroché. Au début je me suis dit "Ah zut, c'est quoi ce truc ?" et j'ai quand même regardé, et ça m'a tellement fait rire que je l'ai dévoré en quelques jours. J'avais déjà repris les cours, c'pour ça que ça m'a pris plus d'une journée... (^.^) Et les dramas coréens ont plus d'épisodes que les dramas japonais.

Drama, drama, drama... Mais c'est quoi, un drama ? C'est très simple, c'est une série japonaise. Avec toujours les mêmes acteurs. Ou presque. Un drama japonais, c'est une dizaine (entre 10 et 12, en général) d'épisodes de 45 minutes. Le premier et parfois le dernier durent une heure, la plupart du temps. Et il n'y a qu'une saison, sauf quelques rares exceptions. Parfois, ils sortent aussi en film. Assez régulièrement, ils sont tirés de mangas, adaptés en drama. Il y a aussi des dramas qui sont tirés de mangas qui ont été aussi adaptés en anime. Vous suivez ? Les dramas coréens, chinois, taiwanais ont souvent plus de 20 épisodes.

Il y a plusieurs genres de dramas. Ceux qui se passent à l'école, avec une histoire d'amour ou d'amitié, les dramas romantiques qui peuvent se passer un peu partout, les dramas avec une héroïne dans la trentaine dont un petit jeune d'une vingtaine d'années tombe amoureux, les dramas délirants bien dans l'idée qu'on peut se faire du Japon, les dramas policiers (où là, au moins, on sait qui est le coupable, oui oui), et il y a aussi des dramas sur le thème du médical, et là par contre, c'est centré sur les patients et les sentiments individuels, l'évolution des personnages, et c'est pas "Machine qui couche avec machin et machin, qui couche avec machine, machine et machine". Pas de ça dans les dramas. D'ailleurs rien qu'un baiser dans un drama japonais, ça me fait froid dans le dos, je trouve ça atroce. Pourquoi ? Parce que ça me renvoie l'image d'une ventouse. Le garçon et la fille collent leur bouche ensemble et ne bougent plus. Et quand je vois ça, je m'imagine toujours le supplice que ça doit être de rester collé comme ça sans pouvoir bouger. Vous avez lu le dernier Titeuf, avec la théorie de la bave ? Elle doit être prise très au sérieux, là-bas. Les étreintes, aussi. Le garçon prend la fille dans ses bras, la fille garde les bras le long du corps, sans bouger. Mh ? Qu'est-ce que tu fais, toi ? Je sais bien que les Japonais sont pudiques... Quoique. Ils me l'ont bien caché. Mais quand même... Ok, ça fait pas longtemps qu'ils peuvent s'embrasser en public, mais en France, on fait pas l'amour dans la rue, que je sache, et pourtant quand ils le font au cinéma dans des films tout à fait corrects, visionnables par la majorité des gens, ils sont pas emboîtés l'un dans l'autre, complètement figés... Enfin bref, t'façon, ils s'embrassent pas souvent. Et c'est pas parce qu'il y a une relation quelconque entre un garçon et une fille au début qu'ils vont finir ensemble. Ca encore, c'est très déstabilisant. On fait toujours des prévisions selon nos critères, au début. "Il va se passer ça, entre elle et lui."

Ben non. Pas forcément.

Commenter cet article